Continions d'ouvrir le champ des possibles

Publié le par Laurette

Pour le challenge, "Je lis aussi des albums", lecture 54/60 - coup de coeur -

Pour le challenge "1% rentrée litteréaire", lecture n°2

Continions d'ouvrir le champ des possibles

- On n'est pas des supers héros, Delphine BEAUVOIS, Claire CANTAIS, Éditions La Ville Brûle, octobre 2014

Il y a quelques mois, je craquais pour le ton provocateur et libérée du premier opus, On n'est pas des poupées, à découvrir en page dédiée http://casalaurette.over-blog.com/biblio-filles-gar%C3%A7ons.html... et je confirme, on n'est pas des poupées, aussi vrai que les garçons ne sont pas des supers héros ... alors je ne pouvais que raffoler du deuxième volet...

Dans cette lutte contre les stéréotypes, on se situe principalement du point de vue féminin et je ne m'en plaint bien sûr mais j'ai tendance à croire qu'une lutte bien menée doit se partager. Hommes et femmes, garçons et filles, ensemble contre l'ordre établi par nos ainés qui n'a plus aujourd'hui et pour toutes les jeunes générations aucun sens, ni aucune raison d'exister.

Si les filles souffrent d'être rangées dans de minuscules cases, pourquoi les garçons n'en souffriraient pas également? N'auraient-ils pas le droit eux aussi de relâcher la pression ? de pleurer un bon coup? de laisser les femmes porter l'énnnnnorme carton ou monter le gros meuble balèze? de se laisser conduire sur la route de vacances ? de se pomponner pendant 3 heures dans la salle de bain? et soyons fous... d'étendre le ligne ou passer la serpillère... Ho là là, je vais un peu loin là, pas sûre qu'aucun homme n'ai vraiment le désir secret d'étendre le linge et passer la serpillière ...et bien au moins, c'est bien la preuve que nous sommes égaux car aucune femme censée ne s'éclate dans ce genre d'activité messieurs ... ;-)

Le ton de l'album reste léger, un peu moins provocateur, mais tout aussi engagé. Dans On n'est pas des poupées, on parle de premier manuel féministe, ici on parle de premier manuel anti-sexiste, toute la différence réside dans cette petite nuance. Les filles, dans le premier volet, se battaient pour elles même, pour leurs droits, leur liberté. Ici les garçons semblent juste nous rappeler qu'eux aussi ont des raisons valables de lutter, mais aux côtés des filles, à égalité..."Ensemble et égaux, on peut changer le monde...on peut même le rendre meilleur !"

Une dernière page, hors histoire nous présente quelques figures masculines qui ont pris position dans le combat pour l'égalité des droits entre les hommes et les femmes et nous rappelle que :

"La bataille contre les préjugés sexistes doit être un combat mixte, car filles et garçons, nous avons tous à y gagner !"

C'est ce petit détail qui pourrait paraître insignifiant qui fait pour moi de ce deuxième volet le meilleur des deux albums. Je préfère de loin que la lutte soit partagée, que l'on arrête de limiter la cause à celle des femmes car c'est loin d'être le cas. Nous avions des batailles importantes à mener, et nous en avons surement encore mais la principale bataille consiste à libérer les enfants, filles ET garçons, des chaînes qui les empêchent de vivre la vie qu'ils devraient pouvoir se choisir en toute liberté.

J’emprunte 2 visuels au blog Deslivreetlesenfants dont voici la chronique : http://www.deslivresetlesenfants.blogspot.fr/2014/10/on-nest-pas-des-super-heros.html

Retrouvez aussi la chronique dans le Tiroir à Histoires, un blog avec lequel je suis souvent sur la même longueur d'ondes c'est par là : http://tiroirahistoires.canalblog.com/archives/2014/10/18/30789256.html

Continions d'ouvrir le champ des possibles
Continions d'ouvrir le champ des possibles

Commenter cet article