Une romance de basse-cour

Publié le par Laurette

Challenge "Je lis aussi des albums" - lecture 33/100 - coup de cœur -

La ballade de kiki le coq et de Cucue la poule, Michel Piquemal, Frédéric Pillot, de la Martinière Jeunesse, 2009

Une romance de basse-cour

Je m'autorise le jeu de mot ... une basse cour à la basse-cour ...

Il est grand kiki le coq, il porte beau, sa crête fait tourner toutes les têtes, mais hélas ce n'est qu'un" flambeur", un "don Juan au cœur de paille", il l'a séduite, elle est immédiatement tombée sous son le charme de charlatan, la "pauvre poulette" ! Elle est jeunette Cucue la poule, un peu trop naïve, son cœur est pure, son âme est blanche, elle rêve d'amour pour l'éternité, sa vie démarre sur une expérience désastreuse le soir du grand bal annuel des poulettes solitaires ... le drame est à son apogée, la tension est palpable, la pauvre petite est inconsolable ... mais le chagrin la mènera loin, très loin, jusqu'au pays de la vengeance !

Bal annuel des poulettes solitaires ... la rencontre !!!

Une romance de basse-cour

Et la rupture ... dès le lendemain !

Une romance de basse-cour

Elle est vieille comme le monde cette histoire là, l'humanité en a hébergé des pauvres poulettes, déçues par des coqs peut scrupuleux mais cet album là, il swing, il a la pêche, il est croustillant, il est drôle ..., il est à lire absolument, et à relire impérativement, c'est une vraie gourmandise !!!

Le texte de Michel Piquemal est divin, il jongle et joue avec grâce, malice, fantaisie et drôlerie avec notre belle langue, réhabilitant des mots que l'on avait presque fini par oublier, bien trop absents à mon goût de la littérature jeunesse. Quelques extraits ...

"La fête se passait dans un poulailler décoré, plein de flonflons et de musique"

"...il l'emporta dans un capiteux tourbillon de plumes."

"...plumes multicolores dans le genre carnaval de Rio, falbalas, crête perlée...ergots et jabots dorés..."

"...les mâles se roulaient à ses pattes, ...sans qu'elle daigne leur faire l'aumône d'un sourire."

"...avec son sourire conquérant, sa crête étincelante et ses œillades suggestives."

Les illustrations de Frédéric Pillot sont en parfaite harmonie avec ce texte, elles sont pétillantes, et rajoutent à la drôlerie de l'histoire.

Il faut aller découvrir Michel Piquemal sur son site par là http://www.michelpiquemal.com/

Selon ses propres mots, a 7 ans, il est "tombé dans le bouillon de ces vermicelles noirs qu'on appelle les livres" et a, de suite, attrapé la "lecturite"... enfin une maladie que l'on espère la plus contagieuse possible ...

Je reporte ici un passage de son blog qui me plait bien : "J'ai commencé à écrire dans les années 75. J'étais alors instituteur et je ne supportais plus les lectures " niaiseuses " qui encombraient les manuels scolaires et les livres jeunesses.Je trouvais qu'on n'y respectait pas l'enfant, qu'on ne prenait pas en compte son humour, son appétit de vie, son impertinence… et surtout qu'on sous-estimait sa capacité à entendre parler des vrais problèmes de la vie. Dans mon idée, on devait pouvoir parler de tout avec un enfant…".

Il me plait cet auteur...

A propos de cet album, sur son site on trouve ces commentaires qui résument parfaitement ma pensée ... : "«Une fable pleine de drôlerie aux accents féministes.» «Un texte tout en rimes et rythme qui swingue et nous charme» «Des illustrations de Frédéric Pillot pleines de savoureux détails dans l’univers d’un poulailler très cartoon».

Et oui, cette histoire est construite comme une fable, savoureuse, aux "accents féministes" ... la déontologie des blogueurs anonymes m'impose de garder une part de suspens et secret le dénouement de cette fable mais nous assistons effectivement à une véritable métamorphose, une émancipation de notre poulette, qui prendra enfin conscience de sa faculté à prendre en main son destin, sans attendre le secours d'un quelconque coq sans pour autant rejeter l'idée même de l'amour ...

"...un jour, elle le rencontrera, ce gentil coq d'amour qu'elle cherche, celui qui est fait pour elle, comme le gant de caoutchouc pour la vaisselle." (et un petit clin d'oeil de plus, un ...).

Une romance de basse-cour

Je découvre un peu mieux par cette lecture l'univers de l'auteur et de l'illustrateur. De mémoire je n'ai chroniqué qu'une seule lecture du "couple", La boîte à cauchemars, chez Milan poche à voir par ici http://casalaurette.over-blog.com/theme-gentils-petits-monstres.html

Et à coup sûr j'y retournerai car les deux univers me plaisent bien ... à commencer par deux autres albums dans l'univers de ce petit poulailler :

Une romance de basse-cour

Télé Cotcot réalité, à lire par ici : http://www.papier-de-soie.com/Tele-Cotcot-Realite.html

Commenter cet article

Blandine 31/05/2015 23:34

Ah mais j'aime!
L'histoire et plus encore les dessins me rappellent ceux de Chicken run ou des P'tites Poules!

J'ai déjà croisé et chroniqué les textes de Michel Piquemal mais dans un registre bien moins humoristique.

J irai découvrir son blog demain! Merci pour le lien et cette belle découverte!

Blandine 02/06/2015 21:40

J'ai chroniqué l'album La voix d'or de l'Afrique: http://vivrelivre19.over-blog.com/2013/10/la-voix-d-or-de-l-afrique.-michel-piquemal.html

L'album La robe rouge de Nonna: http://vivrelivre19.over-blog.com/2014/12/dis-mamie-raconte-moi-3-albums-et-3-cahiers-des-6-ans.html

et lu sans avoir encore chroniqué: Mon premier livre de sagesse. De petites phrases pour de grandes valeurs.

Un auteur dont je découvre une nouvelle facette grâce à ton article :-)

Laurette 31/05/2015 23:39

Merci Blandine, les dessins sont extra, et l'histoire ha ... un bonheur ... qu'as tu chroniqué de Piquemal ? Ça m'intéresse ... ?