Les amants papillon

Publié le par Laurette

Avec Blandine, nous prenons goût aux lectures croisées, aujourd'hui, nous nous envolons vers le Japon pour un album coup de cœur, que je crois partagé (mais je n'ai pas encore lu sa chronique...).

Challenge "Je lis aussi des albums" - lecture  34/100 - coup de coeur -

Les amants papillons, Benjamin Lacombe, Seuil Jeunesse, 2007

Les amants papillon

Quelle est belle, tristement belle cette histoire ... et quel beau symbole que celui du papillon, transformation, renaissance, immortalité d'une âme torturée, qui finit par prendre son envol ...

Voici une célèbre légende chinoise, réinterprétée par le non moins célèbre Benjamin Lacombe.

De son vrai non, la Romance de Liang Shanbo et Zhu Yingtai, raconte l'histoire d'amants désespérés, préférant mourir que d'être séparés. Cette légende est un tel monument de la mythologie et de la culture chinoise qu'en 2006 elle a été présentée au classement de l'UNESCO, dans l'objectif d'entrer à son répertoire du patrimoine oral et immatériel ... La classe !!!

Le jour de ses 14 ans, Naoko apprend de son père qu'elle soit quitter sa maison, son village, pour Kyoto afin d'y apprendre les "bonnes manières", et devenir une "femme du monde", en suivant, on l'imagine, une formation de Geisha. Naoko tente de s'opposer à cette décision, ne souhaitant ni quitter son village, où elle garde les souvenirs de sa mère défunte, ni devenir Geisha..."Ce qu'elle aime, c'est lire, écrire des poèmes et des haïkus, rire quand elle est heureuse et pleurer lorsqu'elle est malheureuse"...autrement dit, être libre...Mais puisqu'elle ne peut pas s'opposer à la décision de son père, elle décide, qu'une fois arrivée à destination, elle se déguisera en homme et ira étudier la littérature, comme un garçon ! Drôle de destin que celui d'une fille dans ce pays ... accepter ou se travestir !

Les amants papillon

A peine arrivée à Kyoto elle bouscule un jeune homme, Kamo, 16 ans, venu lui aussi étudier. Naoko et Kamo apprennent à se connaître et deviennent vite inséparables puis bientôt amoureux, ce qui n'est pas sans poser question à Kamo persuadé d'avoir affaire à un garçon ...

Les amants papillon

Un jour, Naoko reçoit de son père un message lui demandant de rentrer de toute urgence. Elle a juste le temps d'écrire à Kamo un Haïku dont elle espère qu'il comprendra le sens

"Mâle femelle

La grenouille peut être

L'amoureux saura"

Bien sûr Kamo comprend et se lance sur ses traces mais quand il arrive, c'est déjà trop tard, Naoko a été promise à un autre. Kamo mourra peu de temps après de chagrin avant que Naoko est pu savoir qu'il était venu la rejoindre... Quand elle l'apprend, elle demande l'autorisation de se rendre sur sa tombe.

"Naoko s'effondre sur la tombe de son cher Kamo et laisse enfin couler ses larmes."

Les amants papillon

Un orage éclate alors, et la foudre s’abat sur le tombeau. Il s'ouvre en deux et Naoko s'y précipite "corps et âme". La pierre se referme sur eux, laissant échapper deux papillons qui "virevoltent ensemble vers le ciel lumineux".

"Naoko et Kamo s'aiment enfin librement"

Les amants papillon

Un grand bravo à Benjamin Lacombe pour cette réinterprétation adaptée aux plus jeunes qui est une belle réussite à mon sens. Une histoire splendide, tant par son récit que par ses illustrations justes lumineuses ... s'aimer d'un tel amour est d'une pureté bouleversante, un amour inconditionnel et parfait auquel on a probablement tous aspiré un jour ... on était jeune, on était fou, on était parfaitement inconscients alors ...aujourd'hui j'aspire quand même à quelques chose de moins "risqué", et je suis bien trop indépendante pour accepter de ne plus être rien sans l'autre, au point de refuser de vivre ... mais je n'ai encore rien trouvé de plus grisant qu'une bonne doser d'amour !!!

Une histoire engagée ... ?

Une histoire d'amour impossible, qui nous rappelle bien entendu celle d'un autre couple fatal, Roméo et Juliette, mais aussi d'émancipation pour cette jeune fille qui refuse sa condition et décide de prendre l'apparence d'un homme pour avoir accès, elle aussi, au savoir, avoir le droit à l'éducation ... ce qui permet de rappeler que dans le monde, bien trop de petites filles n'ont pas encore cette chance ... elles ont dès leur naissance un destin parfois trop bien tracé, une vie prédéfinie par une société peu encline à considérer les filles à égalité avec les garçons, des sociétés où les filles travaillent pour que les garçons puissent apprendre !

Les priver d'éducation est une des façons de leur faire comprendre la place qu'il leur est dévolue, et de les empêcher d'envisager tout autre avenir. L'occasion de rappeler que 17% de la population mondiale est analphabète (incapacité à lire, écrire, compter des personnes n'ayant pas été scolarisées) et que 2/3 sont des femmes ... !!! http://www.unesco.org/new/fr/education/themes/education-building-blocks/literacy/resources/statistics/http:// .

Après l'Afrique Subsaharienne, la partie du monde la plus touchée par ce fléau, on trouve l'Asie, centrale et de l'Est et le Pacifique ...

Je reviendrai sur ce blog pour traiter un peu plus longuement cette question qui mérite à elle seule d'y consacrer une véritable attention tant je la trouve primordiale mais j'aime à lire au détours des albums ces petits rappel à l'égalité des chances, je trouvais important d'y prêter attention, au delà de cette belle histoire d'amour.

Les amants papillon

La terrible vie des Geishas ...

Moi qui ne suis pas très spécialisée en culture asiatique j'ai trouvé intéressante la lecture de la chronique du grenier à livres http://legrenierdechoco.over-blog.com/article-les-amants-papillons-benjamin-lacombe-53152207.htmlhttp:// qui relève quelques incohérences historiques et culturelles dans cette réinterprétation même si pour ma part, cela ne m'a pas particulièrement gênée, une légende reste romancée et peut se permettre un peu de liberté, c'est souvent le cas dans la tradition du conte qui était forcément un peu déformé de village en village et qui s'adaptait aux lieux, au temps et aux mœurs ...

Cet article m'a donné envie de quelques recherches, ... je suis donc allé voir d'un peu plus près la vie des Geishas, ..., et non, je n'ai pas mené d'enquête en milieu naturel tout de même ... la couverture n'aurait pas été crédible !!! Je suis juste allé fouiner du côté du "copain" wiki http://fr.wikipedia.org/wiki/Geishahttp://, me disant que le phénomène était tellement connu que l'article devait être, à peu de choses près, assez réaliste.

"Les geishas appartiennent au « monde des fleurs et des saules » ... une geisha doit avoir la délicatesse d'une fleur ainsi que la force et la souplesse d'un saule."

Alors, mais qu'est-ce qu'une geisha ?

C'est une artiste ou dame de compagnie qui dédie sa vie à la pratique des arts traditionnels au japon et offre ses services à une clientèle aisée pour des prestations d'accompagnement et de divertissement, voir plus si affinité, comme on dit, car le terme est très souvent associé à la prostitution... Un art de vivre, la culture du raffinement et aussi un métier... ces dames suivent une formation longue et stricte dans divers domaines artistiques, musique, danse, jeux, cérémonie du thé, art de la conversation ...formation pendant laquelle elles sont apprentis geisha ou Maiko, et portent une attention toute particulière à leur tenue vestimentaire et leur aspect physique minutieusement défini et très codifié. Moi qui passe 3m30 devant mon miroir tous les matins, j'en suis baba !!!

Les geisha portent un kimono de soie dont la couleur et le port varie en fonction des saisons et de l'âge de la Geisha...des kimonos peint à la main, prévoir 5000€ à 6000€ ... pas dans mes cordes !!! Vient ensuite le maquillage, très pointu, et très chargé surtout, puis la coiffure en chignon serré conçu pour être porté une semaine durant, à tel point que les pauvres dorment sur des reposes têtes ... encore un cérémonial infernal, digne des plus grandes tortures ...J'apprends également que ces demoiselles vivent confinées dans des quartiers réservés, soit dans des maisons de geisha, dirigée par une patronne qui les achète et perçoit une partie de leurs gains soit, et c'est récent, dans leurs propres appartements mais continuent à prendre leur rendez-vous galants au sein de cette maison ... cela ne ressemble t-il pas étrangement aux maisons closes ça ?

Les amants papillon
Les amants papillon
Les amants papillon

La tradition voulait que les geisha commencent leur apprentissage au 6ème jour, du 6ème mois, de leur 6ème année, vendues par leurs parents ... chez nous on va au CP, on fait des cache cache, on apprend à lire, on dit et on fait des bêtises, on va a la piscine, on fait des pique-nique avec ses copains ... d'un banal !!!

Et là, j’atteins le must du must, ..., à la fin de son apprentissage, 14 ans dans les années 1950 et 18 ans aujourd'hui (admettons...), la geisha (ou plutôt sa virginité) est mise aux enchères (oh my god !!!, Comme une commode quoi !), et les richissimes propriétaires, souvent mariés d'ailleurs, s'offre une belle notoriété et l'admiration de leurs pairs (de ce côté-ci du monde, on se paye des rollex ...et des soirées privées aussi !!!) .

L'article précise enfin, que de nos jours, les geishas font le choix de leur devenir à l'adolescence... ouf, nous voilà soulagés ...

On fait un petit bilan rapide ... soumissions totale aux hommes, obéissance éternelle à mère macrèle, 6h de maquillage/coiffage/habillage par jour ... même pour un salaire mensuel de ouf, ça va pas être possible ... en plus je n'aime pas le thé et j'ai pas de conversation ... je suis en réflexion de reconversion professionnelle, mais j'ai décidé d'éliminer définitivement ce métier de ma liste ... Désolé messieurs, changez de fantasme, par chez nous, les femmes sont des rebelles ... !!!

L'article ne précise d'ailleurs pas, et c'est dommage quelles sont les motivations des geishas ??? pour celles qui le choisissent vraiment bien sûr ???

Une légende en entraîne une autre ...

Les amants papillon

Et si l'on parle Japon, papillons, geisha, on ne peut sa passer dans cette article d'un grand chef d’œuvre, également repris par Benjamin Lacombe, Madame Butterfly, ...., une autre histoire d'amour tragique, fatale mis en scène dans l'opéra Italien en 3 actes de Puccini présenté pour la première fois en 1904.

L'histoire en bref : "Nagasaki, 1904. Un jeune officier américain de passage, B. F. Pinkerton épouse une geisha de quinze ans, Chio-Chio-San (ce qui signifie en japonais « Madame Papillon »). Simple divertissement exotique pour lui, le mariage est pris très au sérieux par la jeune Japonaise. Après la cérémonie et après lui avoir fait un enfant, Pinkerton repart. Espérant son retour, elle lui reste fidèle et refuse de nombreuses propositions de mariage. Trois ans plus tard, Pinkerton revient au Japon, avec sa nouvelle épouse américaine. Quand Chio-Chio comprend la situation, elle leur abandonne son enfant et se donne la mort en se poignardant avec le sabre de son père sur lequel est inscrit : « Celui qui ne peut vivre dans l’honneur meurt avec honneur »."

Je n'ai malheureusement pas encore pu lire cet album ... je reviendrais donc pour sa chronique car les illustrations me font vraiment rêver ...

Les amants papillon

Ne pas se priver de la fabuleuse interprétation de Maria CALLAS (1955).

Le clin d'oeil de Benjamin ...

Les amants papillon

La muse Virgile ...

Virgile c'est ce petit toutou, compagnon fidèle de benjamin qu'il représente dans tous ses albums, et dont j'ai découvert l’existence grâce à Hélène, son flair redoutable et son amour incommensurable pour nos amis les bêtes ... qui m'a envoyé ce lien que je partage ici, c'est incroyable mais vrai...virgile est partout, dans tous les albums, et les amants Papillons ne font pas exception à la règle ... attention, loupe quasi impérative ...ça se passe au milieu, en bas, sous le sceau ... alors ? Vu ? Et comble du comble le Shar Pei est un chien d'origine ... Chinoise ... !

Les amants papillon
Les amants papillon

Un petit toutou qui nous renvoi tout naturellement vers un autre très bel album de Benjamin, Cerise Griotte, déjà chroniqué sur ce blog, en Rubrikabrac n°9, octobre 2014, dédiée à nos chers animaux de compagnie par ici http://casalaurette.over-blog.com/2014/10/rubrikabrac-n-9.html

ah ben là oui, c'est on ne peut plus clair !!!

ah ben là oui, c'est on ne peut plus clair !!!

Enfin, voilà d'autres chroniques de cet album sur la toile ...

Article très complet chez Bizzarre, Bizzarre, qui présente notamment une interview de Benjamin Lacombe et des liens vers des articles de presse à la sortie de cet album.

http://www.bizarre-benjaminlacombe.net/2012/08/les-amants-papillons.html

Chronique du blog Ça sent le book par ici http://casentlebook.fr/les-amants-papillons/

Et bien sûr, pour terminer, la chronique de Blandine ... et maintenant je file la lire, la curiosité est à son comble !!!

Commenter cet article