Un rendez-vous doux comme une doudou ... épisode 1

Publié le par Laurette

Ce mois-ci, le thème du Challenge "Je lis aussi des albums", bog Délivrez des Livres, c'est LES DOUDOUS ... le 8ème rendez-vous mensuel déjà ...

 

Pour voir d'autres rendez-vous auxquels j'ai participé (presque tous en fait) suivez les liens :

Février : les sentiments

Mars : l'art, par , et par ici

Mars : l'art

Avril : les couleurs

Mai : le racisme

Juillet : les légendes

Août : la ville

Quand le thème DOUDOU a été annoncé, j’avoue qu'il ne m'inspirait pas trop, un peu trop attendu peut-être, trop classique aussi, puis, en regardant de plus près dans mes étagères et celles de la bibliothèque de ma ville, je suis tombée/retombée sur des albums très chouettes que j'avais vraiment envie de présenter ... mais voilà, le problème, c'est que j'ai si bien cherché que j'en ai trouvé 6, et que je suis dans l'incapacité de faire un choix ... mais voilà, chroniquer 6 albums tous plus sympas, drôles, émouvants, tendres les uns que les autres cela prend du temps et demande de mettre chaque lecture en lumière. Du temps, je n'en ai pas car dans quelques heures, il faudra déjà mettre en ligne et pour mettre en lumière un album, je ne suis pas sûre qu'il soit judicieux de vous en présenter autant d'un coup, alors, je vais faire, encore une fois une chronique en épisode...mais vous les présenterais tous, soyez en sûrs...

Propos introductifs ...

Ah le doudou ... mais qu'est-ce que c'est au juste que cette bête là ? Il y a semble t-il autant de doudous que d'enfants et de cultures probablement ... en vrac, peuvent être officiellement homologués en tant que doudous : une peluche, une poupée, une petit jouet, un mouchoir, un morceau de tissu, une vieille chaussette, le t-shirt de papa, le porte clef de maman ..., et oui chers parents, il ne choisira pas forcement le doudou que vous lui avez choisi avec amour et qui soit dit en passant vous a coûté une blinde ... ingrats ces gosses !!! Mais attention, tout doudou digne de ce nom doit 1. Être trimbalé partout 2.Etre mastiqué, mâchouillé, câliné, grignoté, embrassé, enlacé, chouchouté 3.Posséder une odeur épouvantable et un aspect répugnant et 4.Surtout, surtout ne JAMAIS visiter la machine à laver ...

Enfin, c'est ce qu'on dit, par ce que la Minimoi n'a jamais eu de doudou, pas au sens stricte premier du terme du moins... côté peluche elle est évidemment équipée et largement mais aucune n'a jamais été irremplaçable ou indispensable... j'ai donc évité les cris et les larmes dues à la perte du dit doudou ... il me sera donc difficile de témoigner mais je compatis en revanche ;-)

Pour la petite histoire mais tout le monde sait ça ... le doudou est un objet dit "transitionnel" que le bambin se choisit quand il prend conscience (avec stupéfaction : "oh l'arnaque !") que sa mère et lui sont deux personnes distinctes et qu'il est donc en fin de compte seul au monde, qu'il va devoir l'affronter avec courage et persévérance, en un mot, se démerder !!! Alors le doudou l'aide à affronter la dure réalité, avaler la pilule, passer le cap, avec lui, il n'est jamais vraiment seul pour affronter toutes les situations nouvelles et oh combien inquiétantes ... ça le rassure. Ma fille elle a d'autres rituels pour se rassurer, ce qui visiblement expliquerait qu'elle n'a pas eu besoin du doudou : elle suce son pouce et tortille ses cheveux pour s'endormir ... et colle sa mère !!! En fait, je crois qu'elle n'est pas encore arrivée au stad du doudou ..., précoce la petite ;-)

Mais le doudou c'est aussi le compagnon de jeu, le meilleur copain, avant que le bambin prenne conscience qu'il peut s'en faire de vrais, un confident, un souffre douleur parfois et ...un goûteur de plats non identifiés, un absorbeur de tâches en tous genres, un aspirateur à miettes, un coupable idéal "c'est pas moi c'est doudou", un oreiller parfait ... pratique quoi !!!

Pour finir, soyons un peu honnêtes, nous adultes qui n'avons jamais tout à fait fait le deuil de notre enfance, si nous ne trimbalons plus de vieux lapin tout bouloché (enfin pas en public...) nous n'en avons pas moins besoin de nos petits objets de "rassurance" dans nos vie d'adultes de foufous... chacun verra bien de quoi il s'agit ;-) Je crois que moi j'ai opté ces derniers temps pour mon ordinateur, même si je ne dort pas encore avec ... ;-)

Passons à la première lecture ... la question cruciale du CHOIX DU DOUDOU ...

Challenge "Je lis aussi des albums" - lecture 58/100 - coup de coeur

La valise rose, Susie Morgenstern, Serge Bloch, Gallimard Jeunesse, 2015

Un rendez-vous doux comme une doudou ... épisode 1

Un doudou, ça peut être tout et n'importe quoi ... surtout n'importe quoi en l'occurrence...

Une lecture qui nous présente probablement un des doudous les plus originaux de la littérature jeunesse ... une valise rose.

Quelques jours après la naissance de Benjamin, la famille au grand complet défile à la maison avec les plus parfaits et les plus convenables des cadeaux de naissance qui soient pour un bambin, ... toute la famille sauf ... la grand mère paternelle (elles ne font jamais rien comme tout le monde celles-là :-) ).

Non elle, ce qu'elle a choisi d'apporter c'est une VALISE, et ROSE en plus... et VIDE pour finir !!!

La mère de Benjamin n'en revient pas ...

"...personne n'a compris quand grand-mère est entrée avec son cadeau à elle. La maman du bébé a regardé le papa en roulant des yeux...il a haussé les épaules...La couleur déjà était un peu étrange. Qui achète du rose pour un garçon, pas même un rose pâle, mais un rose qui en jette, un rose criard qui hurle "regarde-moi"? On a alors pensé qu'il y avait quelques chose d'utile dedans mais, non, elle était vide !"

Bien décidée à ne pas laisser son enfant en présence de cette "monstruosité", elle commence par la cacher dans un placard...

Un rendez-vous doux comme une doudou ... épisode 1

Mais, comme je l'ai bien précisé en propos introductif, c'est le bambin qui choisit, et pas les parents. Et lui, benjamin, il a visiblement trouvé cette valise, tout à fait à son goût... belle couleur, et pratique en plus, pour piquer un somme ou apprendre à marcher, mais aussi "un lit pour les peluches, un garage pour les camions, un terrain d’atterrissage pour les avions et une table pour la dinette".

Vachement sympa quand même une valise, et nous pauvres adultes que nous sommes nous n'y voyons qu'un bagage pour partir en vacances ... pfff, navrant !

Un rendez-vous doux comme une doudou ... épisode 1

De connivence avec son fils, le père de Benjamin est attendri et amusé, par cette drôle de relation tandis que sa mère est contrariée, agacée, en colère parfois, et tente par tous les moyens de mettre entre les mains de benjamin de nouveaux doudous, disons plus "conventionnels", des doudous qui ne rayent pas le parquet entre autre ...mais rien à faire...

Un rendez-vous doux comme une doudou ... épisode 1

On se demande d'ailleurs qu'est ce qui agace le plus cette maman désarmée, ... que son enfant ne soit pas celui des magasines, qu'il se montre en public avec cette accessoire rose ou que l'objet qu'il préfère entre tous soit celui offert par sa belle mère ...???

Quoi qu'il en soit, Benjamin grandit avec son doudou, "un drôle de doudou, mais un doudou quand même",

Un doudou qui lui apporte, au delà d'un terrain de jeu idéal, sécurité, confiance, assurance, courage, originalité... et fatalement, la valise finit un jour par lui servir aussi de bagage, mais un bagage rassurant pour toutes ses premières fois, et bien au delà de l'âge "requis" comme sa première nuit passée à l'extérieur, chez un copain

Un rendez-vous doux comme une doudou ... épisode 1

Et quand Benjamin rentre à la grande école, sa mère lui achète "un vrai cartable, modèle de luxe, avec des poches multiples, succès garanti", dans l'espoir vain que Benjamin lâche enfin sa valise.. mais bien entendu, il ne veut rien savoir et "transféra toutes ses fournitures dans sa valise rose". Et ce nouveau cartable le suivra toute sa scolarité, jusqu'à la fac ...

Alors bien sûr, il eu droit tout au long du parcours à quelques "moqueries sur la forme et la couleur de son cartable" mais cela ne le dérangeait pas, "comme sa grand mère, il ne cherchait pas à ressembler à tout le monde, à être invisible."

Un rendez-vous doux comme une doudou ... épisode 1

Puis la valise le suivi dans son premier travail, son premier appartement quand il quitta définitivement la maison jusqu'à son premier amour ... un amour qui lui demandera quelques compromis ... alors la valise terminera au grenier, ...un grenier qui un jour, recevra la visite probable de petits enfants ...

Cette lecture est tout à fait unique en son genre, belle, tendre et drôle à la fois.

De nombreuses questions liées à l'éducation et la vie de famille y sont abordées avec poésie, humour, subtilité et sincérité : choix de l'enfant et opposition aux parents, désaccords parentaux et réactions maladroites mais toujours teintées de tendresse, relation délicate belle-mère, belle-fille et place des grands parents dans la vie des petits enfants, convenances et stéréotypes éducatifs, autonomie puis indépendance, confiance en soi et regard de l'autre ...

Autant de sujets qui nous rappellent à quel point l'éducation est un jeu ... de hasard, de construction, d'équilibre, de précision, de stratégie, de réfléxion, d'adresse, de coopération ... mais un jeu aux règles si simples et si complexes à la fois, tendresse, humour, fantaisie, acceptation, don de soi, souplesse, bienveillance, confiance et j'en passe (...).

Puis l'enfant grandit, et cet album nous emmène tranquillement sur le chemin de cette autonomie si précieuse qui, probablement grâce à la valise et la confiance qu'elle lui procure, se déroule sans heurts, sans chaos... de quoi nous donner envie d'offrir désormais à tous les nouveaux nés une belle valise, rose évidemment !

Une histoire toute en finesse et en sincérité proposé par la talentueuse Susie Morgenstern dont j'apprécie énormément le travail et le non moins talentueux Serge Bloch , qui apporte à cet album par la simplicité de ses traits fraicheur et audace à la fois. Bien que je ne sois pas réellement sous le charme de ce genre d'illustrations, je suis toujours autant surprise par toute l'expressivité de ses visages au rendu pourtant très enfantin. En l'occurence, l'illustration est parfaite pour cette histoire.

Deux artistes entiers qui nous ont déjà offert tant de magnifiques lectures ...

De Susie Morgenstern, j'ai déjà chroniqué : Comment ça va ? , Pas de bol et lettres d'amour de 0 à 10, La classe Pipelette et Joker

De Serge Bloch, j'ai chroniqué Comment ça va ?, déjà écrit avec Susie Morgenstern donc (lien ci dessus) et d'autres attendent d'être chroniqués, trois albums superbes d'ailleurs, Le grand livre de la bagarre, Moi j'attends et L'ennemi.

Si cette chronique ne vous a pas tout à fait séduite, et bien que je n'ai pas d'actions chez Gallimard, je vous invite à découvrir d'autres avis ...

Un article Culture Box, France TV info, par là,

Le blog des Petites Madeleines, par là

Le blog le coin du livre, par là

La critique de Ricochet, par là

NB : images empruntées sur le blog de Serge Bloch lui même, à visiter par

Sur ce, je vous quitte, je vais faire mon doudou ... heu, ma valise je veux dire, je pars en week-end ... youhou !!! Vous pourrez découvrir dans les jours à venir les choix des autres participants, en attendant, bon week-end à toutes et tous.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alice 07/09/2015 09:38

Il a l'air vraiment très chouette celui-ci, et ta chronique donne envie ! Je vais aller voir ça de plus près. Merci ;-)

Laurette 07/09/2015 09:56

Merci Alice, une fois tout près de l'album, tu me diras ce que tu en as pensé ... bonne journée.

Laurette 06/09/2015 20:17

Merci merci Blandine, ..., réfractaire au doudou, je n'irais pas jusque là mais j’essaie d'éviter le conformisme parentale quand je n'en voit pas l'intérêt et suis beaucoup les élans spontanés de ma fille, ..., elle n'a pas réclamé de doudou, je ne lui en ai donc pas attribué. Comme la tétine en fait, instinctivement elle a sucé son pouce, je n'ai donc pas introduit de tétine ... et ça m'a bien arrangée, car je n'y était pas trop favorable ... ça coupe la communication quand ils sont petiots, tout beaucoup de ce qu'ils ont à nous raconter, avant de pouvoir parler passe par les sons, mais je vois beaucoup de parents leur coller une tétine dés qu'ils poussent la "chansonnette" un peu trop fort ou trop souvent, ...l'enfant apprend ainsi à se taire et non à s'exprimer... mais tout ceci n'est que mon point de vue, très loin d'être celui d'un experts ;-)
Pour l'album, on me l'a offert il y a 3 mois déjà mais je le réservai pour cette thématique, il est si peu conventionnel, qu'il méritait bien un article à lui tout seul...tu as une valise rose ... ça c'est amusant, et la tienne a peut-être encore quelques grains de sable oubliés ... moi elle est rouge, et je l'ai baladée un peu ce week-end, elle en était enchantée ... :-) Bises

Blandine 05/09/2015 18:39

Comme j'aime l'écriture de Susie Morgenstern <3 et la tienne! Tu m'as fait bien rire avec tes propos introductifs! Alors toi aussi t'es une réfractaire du Doudou?! Un autre point commun M'dame!

Et quel album! Je l'ai recherché à la bibliothèque mais ne l'ai pas trouvé :-(
Ton choix est excellent et redore l'image un peu mièvre du doudou, splendide!

Ma valise rose à moi (vrai de vrai) est à la cave, et j'espère que tu as bien rempli la tienne pour passer un super week-end :-)
Bisous!

Nath56 05/09/2015 09:15

Bon, tu m'as doublé, j'avais commencé un article sur les doudous, mais j'ai honte, le tien est beaucoup plus complet, du coup, je ne sais pas si je vais le finir... :(
Bon week-end à toi, j'attends la carte postale... (avec le joli timbre, hein !)
Bises

Blandine 05/09/2015 18:40

Il est 18h39 et toujours pas de doudou en vue Nathalie, sniff!
On le veut nous ;-)

Laurette 05/09/2015 11:00

Tu avais choisi La valise rose aussi ??? Mais non mais non, je veux le lire moi ton article, pis il te reste du temps encore ... allez, en avant ! Bises