Le loup des Villes

Publié le par Laurette

Aujourd'hui, c'est le 9ème rendez-vous du Challenge "Je lis aussi des albums", du blog Délivrez des livres et on parle de LOUPS ... ah les loups, une histoire d'amour pour moi, sans trop savoir me l'expliquer d'ailleurs ... et les mois de psychothérapie n'ont pas réussi à en venir à bout ... Mais j'en connais une autre qui aime particulièrement ces histoires ... on s'est donc a nouveau donné rendez-vous pour une lecture croisée aujourd'hui avec Blandine. Et le titre a été assez évident pour l'une et l'autre puisque cette histoire cache aussi le détournement d'un célèbre conte qui a déjà fait couler beaucoup d'encre aussi sur nos blogs respectifs ...

Et s'il fallait citer une dernière raison à ce choix, c'est vers l'auteure de cet album qu'il faudrait se tourner. Une artiste dont il est plus fréquent de présenter les illustrations, son univers étant tout à fait unique et clairement splendide. La particularité de cet album, et cela n'a pas du arriver très souvent, c'est qu'elle ne signe pas les illustrations, mais uniquement le texte...et autant l'avouer, la couverture est bluffante ... j'ai acheté cet album en pensant que c'était elle qui l'avait illustré ...

Allez, il est temps que je lève un peu le voile ...

Challenge "Je lis aussi des albums" - lecture 69/100 - Belle lecture -

Le loup de la 135e, Rebecca Dautremer, Arthur Leboeuf, Seuil Jeunesse, 2008 (réédité en 2014, en petit format)

Le loup des Villes

Harlem, la nuit est tombée, deux vieux amis, afro américains se retrouvent sur les marches d'un immeuble et se souviennent du temps de leur première rencontre.

Du temps où l'un était gamin, et l'autre loubard.

Un gamin tout de rouge vêtu que sa mère trop occupée envoi un jour à l'autre bout de New-York porter un sac rempli de quelques victuailles dont une galette et de la crème au vieux Johnson, son grand-père.

Voilà, on y est, un détournement du petit chaperon rouge, version américaine, masculine, urbaine, et contemporaine.

Avant de partir, sa mère inquiète, lui donne quelques recommandations,

"Fais bien attention. Ne traîne pas, le chemin est long. Ne t'arrête pas en route. Et surtout, ne parle à PERSONNE !"

Mais si les mères, depuis Perrault se sont un peu améliorées, les enfants en revanche sont toujours aussi tête en l'air et naïfs ... ben voilà tout est dit : c'est les enfants le problème, pas les mères ... ;-)

Le gamin part donc à l'aventure dans ce qu'il appelle sa "forêt grise"

"Il habitait loin le vieux Johnson ! De l'autre côté de la forêt ... C'est vrai, cette ville sans rire, c'est une vraie forêt ! Rouge et grise, et bien profonde, avec ses arbres de brique et de ferraille et ses grottes de béton."

Et il est bien décidé, notre gamin, à profiter de cette journée de liberté ... "une journée de balade", "à flâner et à fouiner", "à ramasser des trésors".

Le loup des Villes
Le loup des Villes

Forcément, arrive ce qui doit arriver, il rencontre le loubard en question ... LE loup, celui de la 135e, Chilli Vince, "le loup du quartier", plus vieux, plus grand, plus costaud, "la grande classe" !

Et il se fait évidemment embobiné, donne l'adresse du vieux Johnson, accepte de prendre le chemin le plus long, traîne un peu, beaucoup, ébloui par les belles voitures de Central Park, les lumières de Broadway, la vue du pont de Brooklin.

Le loup des Villes

Et comme on pouvait s'y attendre, Chilli Vince, arrive le premier chez le vieux Jonhson ...

Ce qu'il advient ensuite, dans l'intimité de l'appartement du grand-père, je ne peux décemment pas vous le révéler, je peux juste vous dire que tout le monde s'en sort, sans trop de "dégâts" et que de cette expérience naîtra une belle amitié...

C'est une bonne réadaptation, la trame est respectée mais l'histoire, le texte et les illustrations apportent une véritable originalité, transposant ce conte dans une autre époque, un autre contexte, un autre environnement, avec d'autres personnages ... Ce qui montre, s'il en était besoin que ce conte traverse les générations sans jamais prendre un ride et que sa moralité est toujours tristement d'actualité ... le danger est partout, les apparences sont toujours aussi trompeuses, les enfants toujours aussi naïfs et les loups toujours en train de roder ...

J'ai particulièrement aimé la ballade urbaine illustrée à merveille par Arthur Leboeuf, qui nous embarque dans cette ville immense et mystérieuse, dans les années 50 ... les murs de briques, les grandes avenues, les immeubles à perte de vue et leurs escaliers de secours extérieurs, les belles voitures américaines, le métro, les enseignes de Drug Stores, les sacs de course en papier, les petits vendeurs de hot-dog du coin de la rue, l'amour pour le baseball, et le magnifique pont de Brooklyn...

Le loup des Villes

Et j'ai découvert que c'est cet album qui avait lancé la carrière de cet illustrateur ... un sacré lancement !

Petit anecdote amusante ... dans une interview donnée au site Les histoires sans fin, l'illustrateur avoue quelques anachronismes dans l'histoire ... par exemple, le récit se déroule dans les années 50 mais le gamin porte une coupe afro, des années 70, on ne lui en veux pas ... à lire par

Voilà d'autres chroniques, j'y ai d'ailleurs emprunté quelques visuels ... par ou par ici

Mais je vous laisse surtout aller voir la chronique croisée de Blandine, sur son blog Vivrelivre, que je vais aussi aller voir de ce pas ... car je m'impose comme chaque fois, puisqu'elle est toujours plus rapide que moi ;-) de ne la lire qu'après avoir mis en ligne de mon côté.

Pour d'autres histoires de loups chez Laurette ...

Et pour d'autres adaptations du Petit Chaperon Rouge chez Laurette ...

Et chez Blandine, beaucoup d'autres références par

Cet album participe au Challenge "Je lis aussi des albums", mais aussi au Challenge Halloween, et concoure enfin pour la Box de Pandore.

Le loup des Villes
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Blandine 04/10/2015 12:59

Eh bien Nathalie, tu n'as plus qu'à! Surtout après nos deux articles, qui se complètent fort bien, comme toujours :-P
Sympa tes petits plus, et j'ai découvert de mon côté qu'Arthur Lebœuf avait illustré des albums de sorcières... de quoi donner des idées!
Bizz

Laurette 04/10/2015 22:24

Oui j'ai vu qu'il avait illustré un album d'Elisabeth Brami, qui me tente bien mais ne l'ai pas trouvé encore ... SNIF !

Nathalie 04/10/2015 10:10

Je trouve aussi la couverture de ce bouquin absolument magnifique... Ce petit bonhomme, avec ses grands yeux, ses bonnes joues et sa splendide coupe de cheveux attire fatalement le regard !
Et pourtant... je ne l'ai toujours pas lu !!

Laurette 04/10/2015 22:25

Et oui, je ne sais pas pourquoi mais certains albums font de la résistance !!! Reprend le pouvoir !