Une autre idée de la mort ...

Publié le par Laurette

Je termine aujourd'hui la balade d'Halloween.

Comme le voulait la tradition de la fête de Samain, son ancêtre, 7 jours durant, 3 avant et 3 après le 1er novembre, le monde de vivants et le monde de morts se côtoyaient (plus de détails par là CLIC).

Alors, aujourd'hui, en guise de conclusion, et comme une évidence, j'ai décidé d'aborder le thème de la mort avec deux albums, deux merveilles de tendresse, de délicatesse et de gaité aussi.

Une "étape" si terrifiante, un sujet si délicat, qu'il est absolument indispensable d'avoir dans sa bibliothèque des albums de qualité pour en parler. Car on aura beau éviter le sujet, cela n'empêchera pas la mort de frapper à la porte, alors autant s'y préparer et dédramatiser un peu.

Une autre idée de la mort ...

Challenge "Je lis aussi des albums" - lecture 82/100 - Très bel album -

Bonjour Madame la mort, Pascale Teulade et Jean-Charles Sarazin, Ecole des Loisirs, 1997

Une autre idée de la mort ...
Une autre idée de la mort ...

"Il était une fois, une très vieille paysanne qui vivait seule dans une grande ferme en bien piteux état.

Son mari était mort, il y avait déjà fort longtemps.

Comme compagnie, il ne lui restait qu'un chat, une poule, une chèvre, une vache.

Elle n'entendait et ne voyait presque plus rien.

Pourtant, malgré son grand âge, - elle avait quatre-vingt-dix-neuf ans - cette vielle n'avait aucune envie de mourir. Jusqu'au jour où..."

Avec cette première page, nous voilà plongés dans un album délicat, tendre et plein de vie.

Ce jour là, Madame la mort frappe à sa porte, bien décidée à emmener cette presque centenaire avec elle.

Mais notre veille paysanne, trop heureuse d'avoir pour une fois un peu de compagnie fait mine de ne pas comprendre et l'entraîne bien vite à l'intérieur, partager quelques moments de bonheur retrouvé.

Ensemble, un mois durant, elle vont découvrir le vrai sens de la vie, en toute simplicité, vont se soutenir, se parler, se comprendre et s'apprivoiser enfin ...

Une autre idée de la mort ...
Une autre idée de la mort ...

Jusqu'à ce que l'une et l'autre conviennent du bon moment, celui où l'on a vécu tout ce qui était à vivre, celui où l'on a plus peur de rien, celui qu'on choisit pour souffler sa dernière bougie ...

Un texte dense mais qui reste léger et tout à fait adapté. Des illustrations rondes et colorées, qui nous plongent à merveille dans l'univers simple et chaleureux de cette veille paysanne et dépeignent avec beaucoup de fantaisie et de drôlerie cette "Madame la mort".

Un magnifique album, touchant, sensible, intime, sans jamais être larmoyant, de ceux qu'il est important de lire pour apaiser les craintes et les peines des vivants, leur apporter la paix et la sérénité nécessaire pour accepter cette fin, qui parfois, malgré tout arrive au moment le plus opportun.

Je suis heureuse d'avoir pu aussi lire la chronique de ce bel album chez Blandine, du Blog Vivrelivre ... car plus personne (ou presque) ne chronique ces livres déjà trop "obsolètes" sans doute ... Vous retrouverez dans son article d'autres lectures, à lire par ici :

Challenge "Je lis aussi des abums" - lecture 83/100 - Très bel album -

Challenge "1% rentrée littéraire" - participation n°5/6 -

Inter-blog "Des livres en cuisine - partiticipation n°1 -

Cinq minutes et des sablés, Stephane Servant, Irène Bonacina, Didier Jeunesse, septembre 2015

Une autre idée de la mort ...
Une autre idée de la mort ...

"Dans sa petite maison, la Petite Vieille s'ennuyait.

Plus personne ne venait la voir.

Et elle ne regardait plus personne.

Il n'y avait que la pendule de la cuisine pour s'intéresser au temps qui passe.

La Petit Vieille s'ennuyait tellement que pour tuer le temps, elle avait juste décidé d'attendre : d'attendre Madame la Mort."

Et justement, Madame la mort passe par là et, voyant cette Petite Vieille par sa fenêtre, plongée dans un ennui sans fond, décide qu'il est effectivement temps de l'emmener. Elle frappe à la porte, et notre Petite Vieille, en parfaite hôtesse invite sa convive à entrer et s'assoir Et comme pour s'offrir un dernier petit plaisir, sert un thé de chine accompagné de délicieux sablés au gingembre.

"La Petite Vieille et Madame la mort ont pris le temps de grignoter. Cinq minutes de plus ou cinq minutes de moins, quelle importance ?"

Une autre idée de la mort ...

Une importante capitale ... car c'est le parfum des petits sablés qui attire justement le chat de la voisine, et après le plaisir de manger revient celui de rire.

Des rires qui attirent la petite maîtresse du chat. Et après le plaisir de manger et de rire, revient celui de jouer, et d'en crier de joie.

Des cris qui attirent M. Igor, et son violon joyeux. Et après le plaisir de manger, de rire, de jouer, revient celui de danser.

Et bientôt c'est tout le quartier qui arrive à la porte de la Petite Vieille, car la joie est communicative et le plaisir se partage...

Peu à peu, la Petite Vieille retrouve le plaisir de vivre tout simplement, sans plus se préoccuper de rien d'autre que de profiter du temps présent...ce temps qui file à vive allure et nous échappe s'il l'on y prête pas assez attention.

Il faut parfois côtoyer la mort de près pour s'en apercevoir, hélas ... mais rassurez-vous, pour cette Petite Vieille là, le moment n'est pas encore venu, elle a encore de belles choses à vivre et partager. Madame la Mort reviendra, plus tard ...

Une autre idée de la mort ...

Cinq minutes de plus ou cinq minutes de moins, quelle importance ... ???

Qu'elle est bien trouvée cette formule ... et si rien n'avait justement plus d'importance que ces 5 petites minutes pour déguster un sablé, 5 minutes pour rire à gorge déployée, 5 minutes pour une petite danse enlacée, 5 minutes pour regarder les enfants jouer, 5 minutes pour se souvenir de tout ce qui fait notre bonheur et qui ne coûte rien d'autre qu'un petite effort !

Le propos est essentiel, la manière de l'aborder est vraiment aussi intelligente que maline, avec l'apparition successive de personnages hauts en couleur qui progressivement vont changer le destin de la Petite Vieille.

Et cette ritournelle qui rythme le texte autant qu'elle pose la force de l'histoire.

Les illustrations quand à elles jouent un rôle essentiel, elle sont chaleureuses, délicates, pétillantes.

Et la mise page valorise vraiment le tout. Une belle réussite.

Un album qui donne une grande bouffée d'optimisme autant qu'un bon coup de pied aux fesses ... Alors, mais qu'est-ce qu'on attend pour vivre ???

.......................................................

Deux albums qui se ressemblent, qui se répondent, à 18 ans d'intervalle pourtant.

Malgré leur grand âge respectif, leur solitude et leur ennui, elle n'ont pas tout à fait la même manière d'aborder la vie,... l'une veut mourir, l'autre pas mais toutes deux changeront d'avis sur leur devenir, reprenant en main leur destin, en devenant acteur et plus simple spectateur... elles décideront de vivre ou de mourir, elle décideront du moment, et elles seront en paix ...

Deux albums pour évoquer la mort des anciens, mais aussi la vie qui se termine, de celles et ceux qui ont déjà tout donné, qui sont à bout de force, pour qui la solitude devient pesante, la vie sans saveur... Deux albums qui ouvre aussi sur la question du choix de mourir, dans la dignité et quand on le choisit ...

Deux albums qui nous font aussi aimer la vie, dans toute sa simplicité, celle des petits bonheurs du quotidien, ceux qui sont à portée de main, et non au fond de notre porte monnaie.

Deux albums très touchants qui nous rappellent enfin que nous connaissons tous une mamie qui aurait bien besoin de visite, que demain nous regretterons certainement de ne pas être venu plus souvent la voir, mais qu'alors, il sera peut être trop tard ... que ça ne changera pas la fin de l'histoire, qui pour tous hélas sera la même mais que nous avons le pouvoir en revanche d'écrire ensemble encore quelques jolies pages pour que jamais ne vienne le temps des regrets.

.......................................................

Voilà qui fait une belle transition avec l'évènement Inter-blogs "Des livres en cuisine", proposé pour novembre par Bidib, Ma petite médiathèque (présentation par là CLIC).

Cinq minutes et des sablés est un bel hommage à la cuisine, celle de nos grand-mères, celle qui nous remémore tant de bons souvenirs d'enfance. Cette part d'enfance que l'on voudrait ne jamais avoir quitté pour respirer encore et toujours le parfum des sablés tout juste sortis du four.

Cet album vous livre la recette, celle des gâteaux bien sûr mais celle aussi qui vous permet de ne pas oublier que la vie est aussi simple qu'une assiette de petit sablés.

Une autre idée de la mort ...
Une autre idée de la mort ...

Une fois n'est pas coutume, je termine en chanson, et laisse les mots de la fin à deux chanteurs de talents dont les paroles sont bouleversantes ... Lynda Lemay pour La centenaire et Jacques Brel, bien sûr avec Les vieux.

Commenter cet article

Nathalie 07/11/2015 20:08

J'ai vu passer l'album "5 minutes et des sablés" ici et là mais je ne connaissais pas l'autre... Les deux sont notés ! J'adore la chanson de Brel, je ne connaissais pas celle de Lynda Lemay qui est très belle mais un peu triste tout de même...
Comme des grands-mère, en principe, on en a deux, voici l'histoire des miennes : ma grand-mère maternelle ne savait absolument pas faire la cuisine (mais elle achetait des gâteaux et des bonbons !) et ma grand-mère paternelle est un vrai cordon bleue, mais n'a jamais voulu faire de pâtisseries... (pas grave, mon grand-père, en bon gourmet et gourmand qu'il était, en achetait régulièrement... Des pâtisseries orientales... hmmm, que c'était bon !!)

Laurette 08/11/2015 13:06

deux grand mère bien différentes en effet ... et ce clin d'oeil à ton grand père, je l'imagine bien en douce, aller chercher ses petites pâtisseries orientales, ... un délice ! Tu me diras ce que tu pense des albums alors... bises

Blandine 06/11/2015 12:51

Quelle belle chronique, importante et essentielle. Parler de la Mort ne doit pas être triste, au contraire, car c'est ainsi qu'on en a peur, qu'elle nous effraie et que l'on vit (ou plutôt pas) en la redoutant! Bien sûr, il y a des morts atroces, je ne minimise pas....

Ces deux albums se répondent parfaitement!
Par contre, pas de cuisine avec ma grand-mère, câlins ou petites histoires. Même pas de cuisine insipide comme Bidib...

Bref, carpe diem ;-)
Bises

Laurette 08/11/2015 13:09

Merci à toi Blandine pour ce joli commentaire ... c'est assez incroyable cette peur si ancrée que nous avons de la mort, dans nos société occidentales toujours car ce pas ainsi dans d'autres pays du monde ou le rapport à la mort est plus naturel, plus serein. Pour le reste, Carpe diem comme tu dis... ;-) Bises

MyaRosa 04/11/2015 21:56

Un très joli billet ! J'aime beaucoup le livre avec les sablés et il me semble avoir lu l'autre quand j'étais plus petite.

Laurette 04/11/2015 22:54

Merci à toi Mya Rosa :-)

Bidib 04/11/2015 14:14

Merci Laurette pour cette belle découverte. Une recette de gâteau avec en prime une recette pour vivre heureux ! ça c'est très belle entrée en matière :)
Ma grand-mère à moi était une bien piètre cuisinière et je crois bien qu'elle ne nous a jamais préparé de petits gâteau, mais j'aimais quand même sa cuisine parce qu'elle avait une saveur (insipide) bien à elle. :D

Laurette 04/11/2015 14:44

Merci Bidib ... j'oublie un peu parfois que toutes les grand-mères de ne ressemblent pas ... désolée, mais tu m'a bien fait rire sur ce coup là ... on a tous d'autres souvenirs qui ont le parfum de l'enfance même si cela ne passe pas par les fourneaux ... :-)