Les petites chroniques citoyennes - n°2

Publié le par Laurette

"Les petites chroniques citoyennes", c'est la nouveauté sur ce blog, mon thème 2016 ...une petite coloration spécifique pour cause de préparation au concours de professeur des écoles, mais aussi parce que ce thème m'est précieux, depuis toujours. J’espère que vous ferez, vous aussi de belles découvertes. Et si vous avez des références, n'hésitez pas ... je cherche des documentaires, albums, BD, romans, recueil de contes (...), le tout en jeunesse pour parler respect, tolérance, lutte contre les discriminations, contre le racisme, le vivre ensemble, la paix, l'humanité, la liberté, les droits et les devoirs, la République, les valeurs et j'en passe ...

Pour voir la chronique n°1 / deux documentaires sur le thème de la LIBERTÉ / CLIC

Aujourd'hui, je reviens en lecture croisée avec Blandine pour vous parler d'un livre particulier que nous avons toutes deux gagné sur une Masse Critique Babelio. Merci à Babelio et aux Éditions du Chêne pour cette belle découverte.

Déclaration universelle des droits de l'homme illustrée, Collectif d'illustrateurs, Editions du Chêne, décembre 2015

Les petites chroniques citoyennes - n°2

Ce livre est ... notre bouclier contre la barbarie. Il est un outil pour lutter contres les idées qui font perdre à certains leur humanité

Texte essentiel, pilier de notre patrimoine universel. Liberté, égalité, éducation, vie privée... Autant de thèmes essentiels également explicités au travers d'une sélection de textes d'écrivains, philosophes ou hommes politiques d'hier et d'aujourd'hui, pour prolonger la réflexion et ainsi perpétuer la lutte contre les obscurantismes.

C'est avec cet éclairage, donné par Fabienne Kriegel, Directrice des Éditions du Chêne, qu'il faut lire cet ouvrage car nous en sommes encore là, ou à nouveau là ... lutter contre les obscurantismes, ..., un recul pour le genre humain ... pour les "membres de la famille humaine", tels qu'ils sont si justement nommés dans le préambule de cette déclaration.

Ce projet est né au lendemain des attentats de Charlie Hebdo, il y a un an. Un beau livre qui vient tout juste de sortir et qui a été précédé, une fois n'est pas coutume, d'un format de poche à 2.90€, sorti le 7 décembre, trois semaines à peine après les attentats de Paris. Un petit format et un petit prix pour rendre ce travail de mise en perspective textes/images, accessible au plus grand nombre.

Les petites chroniques citoyennes - n°2

Car c'est avec ce deuxième éclairage qu'il faut parcourir cet ouvrage ... la volonté est double, remettre en lumière, en perspective, en valeur, ce texte fondateur mais aussi, rappeler l'importance et la force de l'image qui ouvre à la réflexion.

Car chacun des 30 articles est librement interprété par un/une artiste contemporain(e) dont, Rébecca Dautremer, à qui on a confié la couverture et Gérald Guerlais, illustrateur en chef, qui a dirigé l'équipe artistique.

Beaucoup d'illustrateurs jeunesse ont d'ailleurs participé à cette aventure collective. Une petite biographie de chacun et chacune est présentée en fin d'ouvrage.

30 illustrations si diverses, toutes empreintes de tant de symboles. Et là est mon petit bémol ... il me manque les mots des artistes pour parler de leurs œuvres, expliquer un peu leur cheminement, les émotions ressenties, les valeurs défendues, les faits dont ils se sont inspirés, car les illustrations vont pour le plupart bien au delà des textes...quelques mots pour inciter au débats, aux échanges, à la réfléxion que peut faire naître cette lecture...le grand format répond peut-être à cette attente ?

Quelques illustrations se passent en revanche assez bien de commentaires ... je retiens celles-ci

Article 3 Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa propre personne... - Camille André -

Article 3 Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa propre personne... - Camille André -

Article 4 Nul ne sera tenu en escalavage ni en servitude ... - Maël Gourmelen -

Article 4 Nul ne sera tenu en escalavage ni en servitude ... - Maël Gourmelen -

Article 20 Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association. - Gégory Blot -

Article 20 Toute personne a droit à la liberté de réunion et d'association pacifiques. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association. - Gégory Blot -

Article 21 Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays ... - Julien Rossire -

Article 21 Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays ... - Julien Rossire -

En tout cas, l'éditeur a raison de rappeler : "La Déclaration universelle des droits de l’homme… un texte fondateur, dont tout le monde connaît le titre, mais qui peut se vanter de l’avoir déjà lu, et surtout, saisi en profondeur ?".

En effet, et je le regrette, je n'ai pas souvenir d'avoir lu ce texte dans son intégralité pendant ma scolarité même si, comme tout un chacun certains articles me sont familiers.

Alors bien sûr, on peut, si l'on en a la curiosité, le découvrir sur Internet, et peut-être que certains diront de ce fait qu'une nouvelle édition n'était pas utile mais je trouve au contraire l'idée tout à fait louable car il me parait à la fois indispensable et urgent de remettre en avant la force de ce texte, et de sa genèse en cette période plus que confuse, où les valeurs que nous devrions partager se perdent un peu dans le flot d'informations et de désinformation et cette optique illustrée ouvre sur bien d'autres perspectives et rendent ces mots des plus actuels.

1948, le monde se remet à peine des plus grands actes de Barbarie jamais connus. La communauté internationale décide alors d'élaborer une Charte internationale de droits, proclamés comme

Un idéal à atteindre par tous les peuples et toutes les nations.

ajoutant, en préambule

Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde.

A t-on besoin de beaucoup plus d'explications pour comprendre que la garantie de ces droits pour l'ensemble des hommes, des femmes, des enfants sur cette planète constitue le socle commun de la paix dans le monde? Et faut-il alors s'étonner de la situation actuelle ?

Cette déclaration a été rédigée par une commission dirigée par Eléanore Roosevelt, signée le 10 décembre 1948, à Paris, au Palais de Chaillot.

Au Palais Chaillot

Au Palais Chaillot

Elle est largement inspirée de notre Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, résultante de la Révolution Française, elle même inscrite dans le préambule de Constitution Française. Tout est là, tout a déjà été écrit, alors, pourquoi rien n'est plus respecté !

Les petites chroniques citoyennes - n°2

Un autre texte a inspiré cette déclaration, connu sous le nom du Discours des 4 libertés, proclamé par Roosevelt en 1941, en pleine guerre donc : la liberté d'expression, de religion, de vivre à l'abri du besoin et à l'abri de la peur.

Il y est fait référence dans le préambule par cette phrase :

Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l'homme.

Sur les 58 pays membres des Nations Unies, aucun n'a voté contre ce texte mais huit pays en revanche se sont abstenus, et en tête, l'Afrique du Sud qui, en raison de l'apartheid alors encore en vigueur, refuse l'affirmation au droit à l'égalité devant la loi, sans discrimination de naissance ou de race, l'Arabie Saoudite qui conteste l'égalité homme-femme, et l'union Soviétique qui conteste le concept d'universalité...

Reste à chercher la place des enfants dans cette déclaration, car on imagine qu'ils y ont naturellement leur place mais ne sont que très peu explicitement nommés. C'est la raison pour laquelle, plus de 10 après, est signée, la Déclaration des droits des enfants, adoptée le 20 novembre 1959, contenant un préambule et 10 grands principes, et où il est rappelé

L’humanité doit donner à l’enfant ce qu’elle a de meilleur.

On reconnait alors à l'enfant une place et surtout une certaine fragilité nécessitant une protection particulière.

Des grands principes fondateurs qui, en 1989, le 20 novembre également, permettront de faire naître la Convention internationale des droits de l'enfant.

Un texte plus complet avec ses 54 articles, mais aussi juridiquement plus contraignant pour les pays signataire qu'une simple déclaration. Ce texte fera d'ailleurs consensus puisque 195 pays vont alors ratifier ce texte. Le traité relatif aux droits humains le plus largement ratifié de l’histoire !

Mais c'est encore une autre histoire, j'y reviendrais cette année naturellement ...

Si chacun des 30 articles est absolument essentiel, je choisit aujourd'hui tout naturellement, de mettre en avant, l'article 26, relatif à l'éducation ...

L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations.

Les petites chroniques citoyennes - n°2

En fin d'ouvrage, 27 textes d'écrivains, philosophes ou hommes politiques des plus célèbres, viennent compléter cette déclaration.

J'ai particulièrement aimé les deux citations extraites du livre Le droit et la Loi, Victor Hugo, 1975

La formule républicaine a su admirablement ce qu'elle disait et ce qu'elle faisait; la gradation de l'axiome social est irréprochable. Liberté, Égalité, Fraternité. Rien à ajouter, rien à retrancher. Ce sont là les trois marches du perron suprême. La liberté, c'est le droit, l'égalité, c'est le fait, la fraternité, c'est le devoir. Tout l'homme est là...Les heureux doivent avoir pour malheur les malheureux. L'égoïsme social est un commencement de sépulcre. voulons-nous vivre, mêlons nos cœurs, et soyons l'immense genre humain...(...) Tout ce qui souffre accuse, tout ce qui pleure dans l'individu saigne dans la société, personne n'est tout seul, toutes les fibres vivantes tressaillent ensemble et se confondent, les petits doivent être sacrés aux grands, et c'est du droit de tous les faibles que se compose le devoir de tous les forts. J'ai dit.

L'inviolabilité de la vie humaine, la liberté, la paix, rien d'indissoluble, rien d'irrévocable, rien d'irréparable; tel est le droit.

Quelques LIENS et RESSOURCES complémentaires pour finir ....

Une interview sur LCI de Gérald Guerlais, "illustrateur en chef", à propos de ce projet CLIC

Un extrait de cet ouvrage à feuilleter sur le site de l'éditeur CLIC

Une petite vidéo Milan, "Un jour, Une question" : C'est quoi la Déclaration universelle des droits de l'homme ? CLIC

Deux références jeunesse si vous voulez compléter ... j'en parlerez surement dans l'année...

Les petites chroniques citoyennes - n°2
Les petites chroniques citoyennes - n°2

Une affiche du Petit Quotidien, Éditions Milan, sur le thème

Les petites chroniques citoyennes - n°2

Une vidéo d'archives du 9 décembre 1963, Pierre CRENESSE.

Vous ne la regarderez peut-être pas, ou peut-être pas jusqu'au bout, alors, voilà la magnifique conclusion ...

« En ce 15ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, nous devrions, avec quelques fiertés, prendre conscience et surtout renoncer un instant à nos facultés critiques qui obscurcissent notre objectivité. Cette devise, ces trois mois, c’est nous qui depuis plus de 150 ans les avons fait fleurir de par le monde. Le français, individualiste et égoïste, ira au fond d’un continent soigner un enfant, pourvu qu’on ne l’y oblige pas. Sa Fraternité est spontané, généreuse, sans principe. A l’Égalité, le français accordera un sourire douteux et ironique mais fera une révolution pour que ses enfants soient égaux et libres. A la Liberté, essentielle, fondamentale, inaliénable, ne s’ajoute-t-il pas un devoir ? Le devoir d’être un Homme. D’être un Homme dans un monde où la dignité avait besoin de la Déclaration universelle pour nous rappeler qu’elle n’avait pas complètement disparue."

Sur ces belles paroles, je rend l'antenne de mon côté et passe le relais à Blandine qui nous propose sa vision de cet ouvrage ... ça se passe chez VivreLivre, par ici et maintenant ... Belle soirée.

Laurette

Publié dans Chroniques citoyennes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Blandine 10/01/2016 21:53

Merci pour ce bel article riche et détaillé, qui revient sur la genèse, l'histoire et la suite de cette Déclaration. Très complet. Et tes mots, si justes, parfois de colère mais toujours d'espoir.
Bises