Les petites chroniques citoyennes - n°4

Publié le par Laurette

Aujourd'hui, dans le cadre de mes petites chroniques citoyennes, j'attaque un autre sujet sensible mais parfois magnifiquement exploité dans les albums : LA GUERRE !

J'ai décidé de présenter 4 albums thématiques pour le challenge de Blandine, Blog VivreLivre, sur la Première Guerre Mondiale. 4 albums absolument uniques et irremplaçables et une fois n'est pas coutume, 4 coups de cœur !

Loin de moi l'idée de faire aujourd'hui une leçon d'histoire, j'en serais d'ailleurs bien incapable ... je vais me contenter de vous epliquer le rapprochement que je fais entre histoire et citoyenneté.

Il est temps de donner une petite définition de l'éducation à la citoyenneté ... Celle-ci consiste à donner aux enfants et aux jeunes les moyens de participer de manière éclairée, consciente, réfléchie, responsable et respectueuse à la vie publique, politique, économique, sociale et culturelle ...

Cela implique, que l'on forme :

- des jeunes armés pour apprendre tout au long de leur vie,

- des jeunes sûr d'eux même et de leurs compétences à apprendre, comprendre, réfléchir, agir, remettre en question,

- des jeunes capables de prendre des responsabilités et des initiatives

- des jeunes qui trouveront et prendront leur place au sein de la société, aux côtés et dans le respect des autres, conscients de leurs droits et de leurs devoirs

- des jeunes qui partageront des valeurs communes de fraternité, de justice sociale, d'intérêt collectif, d'humanisme ...

- des jeunes capable de prendre en main leur propre émancipation (...)

Agir de manière éclairée ... voilà tout l'intérêt de l'histoire et du devoir de mémoire .... éclairer le présent par la connaissance et la compréhension du passé et saisir tous les enjeux pour le futur !

Passons donc aux albums ...

14-18, Une minute de silence à nos arrières-grands-pères courageux, Dedieu, Seuil Jeunesse, 2014

Challenge "Je lis aussi des abums"  - lecture 6/60 - Coup de coeur -

                                   

Un album qui se passe presque de commentaires, tant le silence s'impose à sa lecture ... silence d'effroi devant les scènes d'horreur à l'état brut qui composent cet album.

Une succession d'illustrations magistrales de Dedieu pour résumer cette guerre dans sa plus stricte expression ... LA MORT !

La mort physique pour ceux qui sont restés dans les tranchées, et la mort de l'âme pour tous les autres, qui sont rentrés, mais amputés, dévisagés, "en morceaux" et vidés de toutes leurs illusions, leur légèreté, leurs espoirs en l'humanité.

Et puis, ... cette lettre bouleversante d'une femme à son mari, qui vient terminer l'album et éclairer ces quelques mots d'introduction :

Hélas, ma chère Adèle, il n'y a plus de mots pour décrire ce que je vis. Gustave.

Les petites chroniques citoyennes - n°4

Tout est exprimé dans cet album qui fait l'effet d'une bombe. On aimerait pouvoir se passer de ce genre de lectures, mais l'horreur a bien existé, et elle existe encore, à divers points du globe.

Alors évidemment, parler de la guerre, celle de 14-18 ou d'une autre ne peut se résumer à montrer l'horreur et, comprendre les tenants et les aboutissements est essentiel aussi.

Mais, rien de ressemble plus à un mort dans une tranchée ici et hier qu'à un autre mort dans une tranchée, aujourd'hui et ailleurs ... voilà bien une chose qui malheureusement unit les Hommes entre-eux car les larmes n'ont pas de patrie, de langue, de frontière.

Rien ne peux justifier cela, rien ne doit nous laisser indifférents à ça. On ne peut pas effacer ces horreurs mais à priori, même si le présent est peu encourageant, nous sommes capable de les empêcher pour l'avenir... alors continuons de respecter ce devoir de mémoire ... LISEZ et partagez cet album !!!

Voir la belle chronique de Blandine

L'ennemi, David Cali, Serge Bloch, Editions Sarbacane et amnesty international,2007

Challenge "Je lis aussi des albums" - lecture 7/60 - Gros coup de coeur -

                                  

Un autre album magistral, intelligent, engagé, signé de deux autres grands artistes de littérature jeunesse.

Une page blanche, deux trous, un de chaque côté de la page, et un homme dans chaque trou, ennemi l'un pour l'autre.

Les petites chroniques citoyennes - n°4

Une histoire simple pour illustrer l'absurde ... deux hommes identiques, qui ressentent les mêmes émotions, ont les mêmes besoins, deux hommes qui se sentent seuls.

Deux hommes identiques mais qui l'ignorent, car ils ont été formatés pour détester l'autre, la "bête sauvage", "l'homme sans pitié", celui qui "tue sans raison", le responsable de la guerre, celui qui doit être éliminé.

L'ennemi aussi doit être seul : il ne tire qu'un coup de fusil à la fois. Oui je suis sûr qu'il est resté seul, lui aussi. Et il a faim. ce sont les seules choses que nous avons en commun, l'ennemi et moi. Car la différence entre nous est énorme. Lui c'est une bête sauvage. Il ne connaît pas la pitié. Il tue les femmes et les enfants. Il tue sans raison. C'est sa faute à lui s'il y a la guerre. Je sais toutes ces choses parce que je ne suis pas stupide. je l'ai lu dans le manuel.

Deux hommes oubliés dans les tranchées, qui écoutent le silence, guètent un signe de vie, se demandent si la guerre est finie ou si tout le monde est mort. Et si ces deux hommes étaient les deux derniers à se battre et que "celui qui survivra aura gagné la guerre" ?

Deux hommes qui ne passent plus leur journée qu'à réfléchir à cette guerre stupide, qui aimeraient tant y mettre un terme et sortir enfin de leur trou, rentrer chez eux et retrouver leur famille...

La nuit, au-dessus de mon trou, il y a plein d'étoiles. Les étoiles font penser. J'aimerais être là-haut et regarder en bas. Parfois je me demande à quoi pense l'ennemi : regard-t-il les étoiles, lui aussi? Peut-être que s'il les regardait, il comprendrait que cette guerre ne sert à rien et qu'il faut arrêter.

ADMIRABLE !!! Je n'ai pas d'autres mots pour décrire cet album tant il traite en toute subtilité, en textes et en images le message le plus essentiel qui soit, NOUS SOMMES DES FRÈRES ... BORDEL ! Aurais-je du éviter le Bordel de fin de phrase ??? Non je persiste et je signe ! A ce niveau d'absurdité, c'est un terme qui s'impose non?

Les deux soldats, Michel Piquemal, Julien Billaudeau, Rue du Monde, 2008

Challenge "Je lis aussi des albums" - lecture 8/60 - Coup de coeur -

                                        

On prend les mêmes et on recommence ... deux soldats, deux frères s'en vont à la guerre. Même histoire, même conclusion pour ce magnifique album, mais manière un peu différente de la traiter. Un album tout à fait complémentaire au précédent, écrit pour le 90èm anniversaire de la fin de la première guerre mondiale qui a nouveau nous rappelle l'essentiel : LA FRATERNITÉ.

Tour à tour, l'album nous présente Tibo, un gars d'ici, puis Toma, un gars de là-bas.

Les petites chroniques citoyennes - n°4

Deux "braves gars" qui "aiment la vie", "paresser au lit", "compter les étoiles dans le grand mystère de la nuit". Deux gars qui ont une famille et une fille à aimer, des petits bonheurs simples à partager.

Mais un jour, ici et las-bas, les deux gars sont enrôlés, les braves gars deviennent de beaux soldats, qui marchent droit devant eux, au pas, pour défendre leur pays et "en finir avec ces sales ennemis" ! Deux soldats qui devront tirer un trait sur leurs vies, leurs rêves, leurs espoirs.

Deux braves gars envoyés sur le front comme de la chaire à canon qui se sont fait la guerre "sans savoir qu'ils étaient frères".

Un album qui nous en dit long sur la valeur alors accordée à ces hommes partis pour se battre, pendant que les "marchands de canons" s'enrichissaient à l’abri de leurs bureaux dorés.

Textes et illustrations s'accordent à merveille pour nous transmettre ce beau message de fraternité et de paix, au ton parfaitement juste, emprunt d'une certaine poésie.

Un album engagé enfin, qui incite clairement à la désobéissance civile ... je ne suis pas très habituée à un tel parti pris en littérature jeunesse, et je suis restée un peu perplexe par cette dernière page, ne sachant pas trop quoi en penser ... Cela-dit, mes questionnements portent plus sur la forme que sur le fond car personnellement la désobéissance civile, j'y suis parfaitement favorable ... mais, est-ce pertinent et nécessaire de s'adresser ainsi au lecteur ? L'histoire ne se suffit-elle pas à elle même ? Et ce ton impératif ? Cela n'empêche t-il pas la réfléxion personnelle des enfants, leur positionnement ? Des réflexions que je laisse en suspend et à votre appréciation.

Si un jour, des soldats t'ordonnent : "Allez mon petit gars, prends ton barda! On y va !", raconte-leur fort et haut l'histoire de Toma et Tibo. Dis-leur que tu ne marcheras ni comme Tibo, ni comme Toma et crie-leur que tu préfères, plutôt que toutes les guerres, compter les étoiles réunis, celles de là-bas et celles d'ici, dans le grand mystère de la nuit".

Le Baron bleu, Baum, Dedieu, Seuil Jeunesse, 2014

Challenge "Je lis aussi des albums" - lecture 9/60 - Gros coup de coeur -

                                            

Un dernier album plus léger, et plus optimiste aussi, de ceux qui vous réconcilient avec la vie.

L'histoire se passe toujours pendant cette fameuse grande guerre. Existait alors, en ce temps là un petit bonhomme un peu fou, un peu idéaliste, un peu rêveur, qui passait ses journées dans le ciel aux commandes d'un petit avion à observer de près les oiseaux : le baron bleu.

Puis ... vint le temps de la guerre, finit l'insouciance, et notre petit bonhomme se met en tête de participer à sa manière à "l'effort national". Avec conviction, persévérance, jour après jour il survole la guerre dans son coucou, et jette sur les ennemis les seules armes qu'il a sous la main : DES LIVRES !!!

Le premier jour il commence par larguer des dictionnaires , des encyclopédie, tout ce qu'il a de plus lourd, de plus conséquent, de plus sérieux ... peu de résultats hélas, jusqu'à sa dernière munition, un roman Russe, Guerre et Paix.

Première victoire pour notre vaillant baron : le roman tombe entre les mains d'un général, qui, pongé dans la lecture, en oublie de donner des ordres à ses troupes.

Puisque la force de ses livres était dans ses pages, le combat pouvait reprendre.Le baron n'avait pas encore lâché son dernier mot.

Les petites chroniques citoyennes - n°4

Alors il largua tout ce qu'il lui restait en stock, ses livres préférés, sacrifiés pour la bonne cause, de la poésie, des récits de voyage, des traités de philosophie ou d'astronomie, des romans historiques, des livres de recettes, ... chaque fois le résultat est à la hauteur des efforts, chaque fois les trêves sont de plus en plus longues, les soldats étant absorbés par leurs lectures.

Je vous laisse le soin de découvrir par vous même comment ce brave et héroïque petit baron mis fin à la guerre et réussit à réconcilier les hommes, leur remettre les idées en place, leur rendre l'humanité qu'ils avaient perdu ... juste magnifique !

Un PETIT BIJOU cet album, tellement poétique, tellement optimiste qu'il donne des ailes.

Je ne suis pas naïve et je sais bien qu'avec des livres on ne règle pas la guerre mais en revanche on peut construire la paix !!! Encore faudrait-il essayer !

Pour le Challenge "Première Guerre Mondiale 2016" chez Vivrelivre et le Challenge "Je lis aussi des albums 2016" chez Délivrer des Livres

 

.................................................................................................................

Et pour lire les premières "petites chroniques citoyennes" :

Chronique 1 (7 janvier 2016) : Thème de la LIBERTÉ avec deux documentaires jeunesse, chez Nathan et Milan

Chronique 2 (10 janvier2016) : Thème des Droits de l'homme avec La déclaration universelle des droits de l'homme illustrée au Éditions du Chène

Chronique 3 (27 janvier 2016) : Thème de la PHILOSOPHIE avec un recueil d'histoires, Socrate et son Papa, La joie de Lire ET une bibliographie assez complète

Belle semaine à tous,

Laurette

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sophie Hérisson 08/06/2016 14:56

Un thème difficile mais souvent bien traités dans la littérature jeunesse, une belle approche pour étudier ça en classe! Je pense à un autre de Dedieu, avec Guerre dans le titre, de 2015, mais je n'ai plus le titre exact... Il est beau mais du, plutôt cycle 3 !

Laurette 09/06/2016 00:44

Merci Sophie. Si tu retrouve le titre, je suis preneuse car je ne vois pas ... pas de titre de Dedieu sur ce sujet en 2015 d'après ce que j'en sais, il y a bien Va-t-en guerre mais il est de 2012 ...? Hâte de pouvoir exploiter tout ces titres avec les enfants :-)

Virginie 17/02/2016 01:00

Moi, j'aime tout particulièrement l'ennemi. C'est tout simple mais ça en dit beaucoup sur les fausses justifications des guerres.

Nathalie 16/02/2016 13:09

Oui mais bon, c'est facile d'avoir des coups de cœur comme ça ! Tu ne choisis que des valeurs sûres... Dedieu, quoi ! Blague à part, je ne connais pas du tout le premier, qui à l'air magnifique, ni le dernier qui me plait déjà (larguer des livres, la belle idée !!). Quand à "l'ennemi", il est tout simplement génial cet album... Il devrait être obligatoire dans toutes les écoles et toutes les biblis... Bonne journée, je retourne bosser (si, si, c'est vrai !! Et au milieu des livres en plus... le rêve !)

Laurette 16/02/2016 13:24

ah ben tant qu'à faire, je présente le must ... DEDIEU le merveilleux, mais aussi CALI, BLOCH, PIQUEMAL, BAUM ... que du lourd quoi ! Sans oublier le petit Julien Billaudeau, un gars de chez moi ... Ça fait du bien de lire de telles merveilles ... Bises

Blandine 16/02/2016 10:08

Merci pour cet article, tes mots, ces découvertes et tes partages :-)
Je ne connais pas ces deux albums mais je compte bien les découvrir davantage!
Non les livres ne peuvent empêcher à eux seuls la guerre, c'est tout un travail en amont...
Bises

Laurette 17/02/2016 01:33

Je suis contente d'avoir pu te faire découvrir de nouveaux albums qui tu aimeras c'est certain. Et oui, un travail en amont, ÉNORME TRAVAIL !!! Et j'ai un peu la folie d'y croire encore ;-)