Home sweet home !

Publié le par Laurette

Ma maison

J’aime ce rêve où j’écris mes poèmes
où je respire le temps qui passe
où j’écoute les oiseaux chanter
Ce rêve, c’est ma maison

J’aime cet océan où je navigue seule
où les vagues sont douces
où les poissons sont feu
Cet océan, c’est ma maison

J’aime ce livre ouvert aux autres
où les pages sont écrites à l’encre de lumière
où les mots virevoltent autour de moi
Ce livre, c’est ma maison

Elodie Santos, 2015

J'ai commencé par un poème qui exprime avec simplicité et justesse mon ressenti, car ma maison, c'est un peu tout ça, partout où je me sens bien, où je peux me pauser en toute quiétude, où je me sens chez moi devient un peu ma maison. Et à ce titre, chaque nouvelle lecture (ou presque) est une nouvelle maison où je me pause, quelques minutes, quelques heures, quelques jours, parfois quelques semaines car dans certaines, il fait tellement bon vivre que l'on aime y flâner pour repousser le moment du départ.

Petite introduction au thème du Challenge "Je lis aussi des albums" de Sophie Hérisson du mois de janvier...comment ? nous sommes déjà le 12 mars ? Oh, vous êtes sûrs ? Ah, tiens, je n'avais pas remarqué ... et si j'antidate mon article ça marche ? De toute façon ma réputation de retardataire est déjà bien installée...

Et puis j'ai démarré par un poème, au moins je suis en adéquation avec le printemps des poètes ...

Voici les trois albums choisis pour l'occasion :

Les deux maisons, Didier Kowarsky et Samuel Ribeyron, Didier Jeunesse (à partir de 3 ans)

Une maison, un petit vieux, une petite vieille et la dispute de trop ... voilà les ingrédients principaux de ce compte devenu célèbre et mis en lumière par la joli collection de Didier Jeunesse : A petits petons.

Nos deux grognons vivent dans une maison de sel. Ils s'aiment, mais passent leur temps à se boucaner...ah ... la vie de couple ! Elle est en sucre, lui est en sel, deux ingrédients qui ne se marient pas toujours à la perfection.

Un soir qu'ils se chamaillent, le ton monte et le petit vieux jette sa femme dehors, l'obligeant à se construire une nouvelle maison, de terre cette fois-ci.

Mais très vite, la petite vieille s'ennuie de son coquin de mari. Elle frappe au carreau mais il lui refuse l'entrée. Elle est triste mais ne peut pleurer sans prendre le risque de fondre alors elle demande au ciel de pleurer à sa place.

Le ciel lui vient en aide mais que devient une maison de sel sous une pluie battante ? Elle se met à fondre, chassant son propriétaire, qui n'a plus d'autre choix que d'arrêter de bouder et chercher asile chez sa tendre (et patiente) épouse.

Si heureux d'être enfin réunis, ils se donnent un baiser et ... restent collés !

Mais à quelque chose malheur est bon, car en se détachant l'un de l'autre, une fois secs, un peu de sucre s'était déposé sur la bouche du petit vieux tout en sel et un peu de sel sur la bouche de la petite vieille tout en sucre, si bien que, depuis ce jour-là, nos deux petits vieux sont toujours d'accord !  

Il aurait été certes plus simple de se parler plutôt que de claquer la porte mais nos deux tourtereaux auraient-ils vraiment pris conscience de la profondeur et de la sincérité de leurs sentiments ??? 

Et finalement, peut importe le toit que l'on a sur la tête tant que l'on peut se blottir dans les bras de ceux qui nous sont chers, et que l'on garde en tête tout l'amour qu'on leur porte surtout lors des petites disputes du quotidien.

Une très belle mise en valeur de ce conte métaphorique, par l'originalité et le peps des illustrations de Samuel Ribeyron, savant mélange entre décors à plat et personnages en volume.

Un album sélectionné par Ricochet CLIC

Quelques pistes pour aborder cet album en classe chez Materablum.

La maison en petits cubes, Kenya Hirata et Kunio Katô, Nobi Nobi, 2012 (à partir de 6 ans)

 

Toujours difficile de trouver les mots justes pour parler des lectures qui nous enchantent autant...pourtant, c'est la raison d'être de ce blog, alors je ne promets pas d'arriver à vous séduire mais je vous promets d'essayer.

Sur une terrasse, un vieil homme perdu dans ses pensée, la pipe au bec, l'arrosoir à la main et le regard plongé dans l'immensité de cet océan qui l'entoure.Il est l'un des tous derniers habitants d'un village isolé, englouti au fil du temps par la montée des eaux. alors que les autres ont déserté, y compris ces enfants, lui reste attaché à son foyer et trouve encore le courage d'y ajouter, année après année, un nouvel étage. 

Puis un jour, ses outils tombent par dessus bord, alors il enfile sa tenue de plongée et s'aventure dans l'océan pour les retrouver.

En descendant le long des étages, toute sa vie reprend forme, à commencer par la mort de sa femme, trois ans plus tôt, mais aussi, tous les souvenirs plus heureux dans cette maison pleine de rires, de petits bonheurs, de grandes joies jusqu'au premier jour, celui où il a posé la première pierre avec celle qu'il a aimé toute sa vie.

Que d'émotions dans cette histoire, de générosité aussi, de tendresse, de partage, de simplicité...preuve, s'il en était besoin que l'on peut avoir une vie épanouit et heureuse sans partir aux quatre coins du monde, sans amasser la fortune, sans courir après l'extravagance sans chercher toujours le grand frisson ... car c'est avant tout ce qui m'a plut dans cette histoire là, la beauté dans la sobriété, celle que nous avons toutes et tous un peu tendance à oublier.

Chaque matin, avant le petit déjeuner, il ouvre une trappe dans son salon pour pêcher un bon poisson. Sur son toit, une poule, lui pond des œufs tous les jours. Il y fait aussi pousser du blé, pour cuire du pain dans son four. (...). Il dispute une partie d'échec avec son voisin. Il lit les lettres que lui envoient ses enfants, partis habiter loin d'ici. Et quand tombe la nuit, il se met au lit et s'endort, bercé par le roulis des vagues au-dehors.

Home sweet home !

Pour la petite histoire, La maison en petits cubes est le deuxième volet d'une aventure qui a d'abord commencé par un court métrage sorti en 2008 et récompensé de plusieurs prix prestigieux dans le monde, entre autre, meilleur livre illustré au prix Sorcière 2013.

A lire aussi la chonique de Délivrez des livres

Les voisins d'en dessous, Isabelle Simon, Frimousse, 2016 (à partir de 5 ans)

Le petit dernier est aussi le plus récent et le plus surprenant.

Une expérience de lecture assez inédite et tout à fait fantaisiste qui nous plonge littéralement dans les entrailles de la terre à la découverte d'une vingtaine de "dernières demeures" autour du globe et de leurs locataires à durée illimitée.

Une balade tout en humour et en légèreté, voguant entre réel et imaginaire pour aborder simplement la mort mais aussi célébrer la vie.

Cet album vient nous rappeler que la mort est un concept à haute teneur culturelle et que la manière de l'envisager est totalement différente d'un bout à l'autre de la planète. 

Difficile de vous en dire beaucoup plus, cet album ne sous raconte pas une histoire précise mais chaque page a son histoire propre, à lire entre les lignes ou à imaginer à l'aide des illustrations, pétillantes et drôles à souhait.

Ainsi, par exemple : En Provence, la partie de cartes se poursuit au frais!

Une scène particulièrement plaisante et rafraichissante, l'idée est d'ailleurs assez séduisante...et finalement, qui sait ...y croire un peu ne peut pas faire de mal.

J'emprunte cette illustration à Blandine, du blog Vivrelivre et je vous invite à lire sa chronique par là CLIC.

Un grand merci aux Editions Frimousse pour cette belle découverte.

Trois albums chroniqués dans le cadre du challenge "Je lis aussi des albums 2017"- albums 4/60, 5/60 et 6/60 -

 

Enfin, d'autres albums chroniqués sur le blog sur ce même thème :

La maison de Roberto Innocenti, splendide (à partir de 8 ans)

 

 

 

 

La lumière allumée, chez Frimousse, juste génial (à partir de 6 ans)

 

 

 

Merveilleux voisins, chez Seuil Jeunesse, coup de coeur !

 

 

 

 

 

A très vite fidèles lecteurs, la bise et bon dimanche.

Laurette

Commenter cet article

Nancy 13/03/2017 11:30

J'aime beaucoup votre article car je suis fan aussi des albums qui parlent de maison !
La maison aux petits cubes est l'un des albums coups de cœur de ma bibliothèque mais ceux que vous présentez me plaisent beaucoup aussi.
Merci Laurette et bonne semaine !

Laurette 08/04/2017 21:53

Merci Nancy, je ne viens pas assez par ici car je n'ai même pas vu ce commentaire ... je comprend que La maison en petits cubes soit dans vos livres préférés... A bientôt.

Nathalie 12/03/2017 19:56

Superbe tous ces albums ! Et merci pour le lien, j'ajoute le tien sur mon billet. Bises.

Laurette 08/04/2017 21:54

Merci à toi pour ton passage par ici, ton commentaire et le lien. Bises.